Ivre

Entre lui et cette pauvre bouteille,
L’histoire ne date pas de la veille.
C’est elle qui le prend à son réveil,
C’est elle qui le rend à son sommeil.

Tous les jours, depuis longtemps, c’est pareil.

Il la tête, maltraite puis la jette.
Il la regarde d’un œil triste puis regrette.
La rachète et la balance dans l’air,
Là, sous la lumière du réverbère.

La rue est devenue son seul repère.

Elle pue l’odeur d’une femme objet,
A la merci des humeurs de son maître
Qui pour oublier sa vie de raté,
Vide la conscience de son être.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*