La fille de la tour

Du haut de sa sombre tour,
Elle contemplait le ciel,
Les fines traces de miel,
Qui s’en allaient vers le bourg.

Elle ne pouvait descendre.
Elle restait sur sa fenêtre.
Ses larmes devenues cendres,
Elle ne disait ‘peut-être’.

Les oiseaux volaient, chantaient.
Secret de la nature,
Un beau tableau de peinture,
Mais elle ne le voyait.

Elle leur tendait sa main,
Offrant des miettes de pain.
Ils demeuraient hors d’atteinte.
Sa main? Une cage éteinte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*