Poème…à la poubelle

Lapidée jusqu’aux os,
Poids à briser le dos,
Les pieds posés à terre,
Caractère trempé.

Les gens qui passent, froncent
En se pinçant le nez.
Devant moi, pose basse,
Une tête d’enfer.

Les mouches, des vautours.
Chats et rats font leurs courses.
Indifférents, contents.
Mais pour combien de temps?

Mon fardeau est bien lourd.
Tous les jours, je travaille,
Sans répit et sans faille.
Mon contrat est vivace.

Mon me paie en espèces;
Ordures d’ordre dur.
Je rembourse en nature;
En air pur, en espace.

Je pue, d’un cœur si sur,
Du dégoût que j’endure,
Du vide dans ma bourse,
Ce manque de tendresse.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*